Nouveau Colis suspect à l'aéroport des ÎLes-de-la-MAdeleine

Une robe à fleurs de Rideaux par Katia Grenier
Art textile
Du 2 juillet au 13 août 2011 à l'Aéroport des Îles-de-la-MAdeleine









Une robe à fleurs de rideaux

"Avec ce projet, je désirais explorer le dessin et la picturalité dans le travail de couture et créer une robe au sens figuré de peau et de pelage. Cette robe est une première étude sur la peau, non pas d’un point de vue de designer ou de couturière, mais du point de vue d’une artiste qui s’approprie et bouscule les procédés et les outils de la couture pour explorer un espace où la peau humaine, telle la fourrure d’un ours, devient vêtement ou édredon.

J’ai dépecé ma peau dans les tissus de vêtements récupérés qui ont déjà leur histoire de couture et d’usure. J’ai travaillé également avec différentes fibres et matières textiles comme du papier (sac à biscuits), des rouleaux de poussière et de la cendre. J’ai dessiné avec les traits de couture et travaillé différentes formes et textures créées par les plis, l’accumulation des fils, la défaisure de certaines coutures, l’utilisation des épingles et la récupération de certains éléments des vêtements.

Ce faisant, j’ai découvert que ma peau humaine (est-ce le cas de toutes les peaux humaines ?) avait un défaut de fabrication : la fermeture éclaire pour l’ouverture du cœur est placée sur le côté intérieur de la peau et est donc inaccessible à l’extérieur du corps".

Katia Grenier, juillet 2011

Bio

Katia Grenier

Originaire de Sherbrooke, Katia Grenier détient un baccalauréat interdisciplinaire en arts de l’Université du Québec à Chicoutimi. Boursière du Fonds CALQ-CRÉ en 2009, elle explore depuis trois ans les différents chemins de traverse entre le patrimoine et l’art actuel et travaille à créer un corpus d’œuvres lié à la tradition du trousseau. Elle est également commissaire indépendante et travailleuse culturelle dans divers organismes aux Îles-de-la-Madeleine depuis maintenant six ans. Elle a réalisé tout récemment, en tant que commissaire pour le Centre d’artistes AdMare, l’exposition collective et la publication Beausir les mots, Art-abécédaire du français parlé des Îles-de-la-Madeleine.