L'artiste Katia Grenier présente son oeuvre


Le buttereau du nègre (je suis une carte au trésor)
Art textile par Katia Grenier, Iles-de-la-Madeleine, 2014

  
Exposition du 12 avril au 23 mai 2014
Vernissage café-croissant le samedi 12 avril dès 10h30
Espace Colis suspect à l'aéroport des Iles-de-la-Madeleine



« Les gens disent que le buttereau du nègre c’est la haute dune à la sortie du pont du Détroit, mais mon père disait que c’était plutôt à la hauteur du premier îlet de la lagune, celui qu’on voit juste à marée basse… »

Égide à Jimmy, 9 août 2013, Pointe-aux-Loups

 

 

© Katia Grenier

 

Lorsque que je crée une œuvre textile, je suis toujours fascinée par les dessins laissés par les traits de couture à l’endos. Ces dessins forment des cartes géographiques et des pétroglyphes, écriture ou motif gravés dans la pierre par des peuples d’un autre âge.

J’ai eu le goût de créer une carte géographique dans l’esprit de l’art des Aborigènes d’Australie : bien que leurs peintures soient des cartes géographiques, elles sont très éloignées de la conception occidentale d’une carte, ne comportant aucune échelle ou orientation conventionnelle, ni haut ni bas, ni droite ni gauche. Les peintures aborigènes sont des représentations mythologiques du paysage qui suggèrent une vision personnelle et culturelle du paysage et non des relevés topographiques.

Je me suis alors inspirée de la légende du buttereau du nègre pour dessiner et créer une carte de ce territoire. Il y a environ cent ans, le cadavre d’un noir a été trouvé sur la plage à Pointe-aux-Loups. Les Madelinots ne sachant pas si l’homme était baptisé ou non, décidèrent de l’enterrer dans la dune. Mais, régulièrement, le corps se déterrait, et lorsqu’un Madelinot passait dans le coin, il lui arrivait toujours quelque chose d’étrange, comme une roue de charrette qui se détachait subitement, ou des bruits et des lueurs inexplicables dans la nuit. La légende dit même que lors de la construction de la route 199 près du buttereau du nègre, toutes sortes de difficultés sont arrivées, tant et si bien, que le tracé de la route a dû être changé…


Bio - Katia Grenier approfondit sa démarche en arts visuels depuis maintenant quinze ans. Également commissaire indépendante et travailleuse culturelle dans divers organismes, elle vit aux Îles de la Madeleine depuis neuf ans. Ces dernières années, tant dans son travail d’artiste que dans celui de commissaire, elle explore les différents chemins de traverse entre le patrimoine et l’art contemporain. Elle travaille entre autres à créer un corpus d’oeuvres en arts textiles lié à la tradition du trousseau.